Le concept :

 

Le cheval territorial fait depuis 9 ans chaque année l’objet d’un colloque à Deauville pour l’utilisation du cheval dans les collectivités. Depuis une dizaine d’année les chevaux sont engagés dans les municipalités pour :

 

 

Le ramassage des déchets plastiques, les déchets verts.

L’arrosage des fleurs.

Les transports scolaires.

Sensibilisation au tri sélectif en milieu scolaire.

Les policiers à cheval.

Animations diverses pour l'attractivité de la ville ou d'un site touristique.

 

 

Le cheval gagne la sympathie des habitants et leur écoute à la sensibilisation de l’environnement.

Entendre e bruit des sabots d’un cheval en ville est aujourd’hui étonnant, plus de consommation de carburant ! Plus d’émission de CO2 !

Les chevaux accèdent souvent bien mieux dans les rues étroites et permettent une meilleure collecte.

De plus en plus de collectivités et centre de tri et recyclage ont investi dans des voitures utilitaires hippomobiles et partagent le travail avec les camions. Ce mouvement est né dans la partie nord de la France et gagne petit à petit le Sud. Le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises va mener une étude de faisabilité du «cheval cantonnier» sur son territoire. Ainsi les races locales de chevaux de trait trouveront un nouveau débouché et elles pourront être sauvegardées.

 

 

Solution pour sa mise en œuvre :

Mettre en service un cheval dans une commune représente un coût et rentre en concurrence avec les services déjà en place…

La plupart du temps en comptant l’investissement machines + chevaux + meneurs on s’aperçoit que le coût est égal, parfois moindre. Et parfois incomparable car le cheval rend un service qu’un camion ne saurait faire. Le cheval ne peut pas tout remplacer mais il gagne tout doucement du terrain ….

 

 

Plusieurs formules sont pratiquées :

La collectivité acquiert ou loue un véhicule hippomobile. Pour les chevaux la collectivité a deux solutions :

1 ° Elle investit dans une écurie et des chevaux et s’occupe de la maintenance des chevaux et embauche son propre personnel.

2 ° Elle fait appel à des prestataires qui roulent pour la commune avec leurs propres chevaux.

Dans les deux cas intervient la formation des meneurs.

 

 

En l’absence de réglementation actuellement divers diplômes sont demandés lors des recrutements des meneurs :

Le galop 5 d’attelage (FFE – Fédération Française Equestre)

Le Meneur Accompagnateur de Tourisme Equestre (DNTE– Délégation Nationale du Tourisme Equestre)

Meneur-cocher (Ministère de l’Agriculture)

OBJECTIF CHEVAL se positionne pour la formation au galop 5 et la préparation au MATE (Meneur Accompagnateur de Tourisme Equestre) avec un complément pour la conduite d’attelage utilitaire.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Objectif Cheval